SEXOMAX LE BLOG

Keduku vous offre les bons contenus hard du moment ! Le blog contient de nombreuses catégories et aborde tous les domaines du genre adulte.

Moi la salope de brunette en bas nylon

Classé dans : BAS NYLON — 22 septembre, 2016 @ 4:59

Je n’ai pas une gueule facile, c’est à dire que je l’avoue franchement mon visage me fait horreur, je me déteste quand je me regarde dans une glace, mon nez est trop long, mes joues trop creuse, mes yeux morts et la couleur de ces dernier des plus banales. Evidemment ça ne facilite pas les rencontre avec des mecs car comme vous le savez ces Messieurs regardent les nichons et ensuite le visage, pour un peu que votre poitrine soit moyenne et que votre visage soit quelconque ils passent leur chemin. J’ai donc du mal à baiser, à tout simplement trouver un mec pourtant j’ai un corps presque parfait, des seins moyens mais fermes et haut, un ventre très plat, des cuisses bien proportionnées et des fesse très belles et très dures aussi. Alors pour compenser je porte de la lingerie ultra sexy, du type porte-jarretelles et bas en nylon noirs ou beiges, des soutien gorges très sexy et des fringues qui normalement font bander les mecs. A propos de mec le frère de ma meilleure amie ne s’y est pas trompé, elle lui a dit que j’étais une fille très sensuelle, que je portais toujours de la belle lingerie et que j’avais un corps très beau. Comme par hasard le gars est passé deux soirs plus trad chez moi, sous un prétexte bidon d’ailleurs et il m’a carrément draguée, je sais qu’il est mariée mais j’étais en manque et comme je n’ai rien à me mettre sous la dent depuis un bon moment j’ai déballée sa bite, très grosse d’ailleurs et je l’ai littéralement avalée, je n’en pouvais plus, ma chatte était trempée, il a rapidement enlevé ma culotte et à caressé mon clitoris ce qui m’a mise dans tous les états, j’ai eu un orgasme pratiquement instantané, j’ai léché ses couilles de plus belle, son gland, sa tige, j’aspirais totalement cette belle bite raide qui s’offrait à moi, le manque de baise est une chose terrible que je ne souhaite à personne et que la masturbation ne remplace pas de façon durable. Il gémissait avec grand bruit car je suis plutôt douée question fellations, je les pratique depuis pas mal de temps il faut dire. J’ai renté un doigt dans son anus et à ce moment précis il a éjaculé tout le contenu de ses couilles dans ma bouche, je n’ai pas avalé la jute car je déteste le goût, j’ai tout pris en bouche puis j’ai recraché. Un quart d’heure après il bandait de nouveau comme un cheval et il m’a pénétrée dans tous les sens, j’ai hurlé de plaisir, j’en ai vraiment profité. On se reverra mais je ne suis pas une briseuse de ménage, on ne se rencontrera que pour baiser, sans aucun sentiment, juste pour se faire du bien et jouir le plus possible !

Amatrice de gros calibres

Classé dans : BOURGEOISES — 17 septembre, 2016 @ 4:09

Maintenant que je ne suis plus de première jeunesse, j’ai des besoins en baise qui ont triplé depuis trois ou quatre ans environ, c’est bizarre mais je suis beaucoup plus chaude qu’à vingt ans et je le ressens tous les jours davantage. Je suis mariée à un homme qui a dix ans de plus que moi, je devrais dire très bien mariée car mon époux est issu de la grande bourgeoisie, on a beaucoup d’argent, de propriétés et il avait un poste de travail très haut placé qui nous assurait en plus d’énormes revenus. Maintenant il est mou u pénis, il n’a jamais été d’ailleurs très doué de ce côté là, du moins avec moi et il ne me touche pratiquement plus du tout, parfois, lorsque je suis trop chaude c’est moi qui fait le premier pas, je monte sur lui et encore là c’est toute une affaire pour l’amener à bander. Bref, j’ai eu envie un beau jour d’aller voir ailleurs et une amie à moi qui est un peu dans ma situation, très bourgeoise et pétée de tune, elle trompe son mari depuis toujours, m’a fait connaître un jeune black de vingt-cinq ans et elle m’a dit qu’avec lui j’allais retrouvé ma jeunesse et m’épanouir comme jamais. Effectivement ce fut le cas et pour ce qui est de bander le jeunot était un champion, d’ailleurs le simple calibre de sa verge suffisait à me faire exploser en orgasmes plus forts les unes que les autres. Ensuite la même amie, elle me veut du bien m’a présenté un autre black très jeune aussi qui était encore mieux monté que le premier mais cela devient vite une addiction et très vite j’ai eu le besoin vital de me taper des blacks à grosses queues et de plus en plus jeunes. Je suis très entretenue, mes seins sont gros, fermes, siliconés bien entendu mais très bien fait, j’y ai mis le prix et aucune marque n’apparaît, je suis sexy, toujours habillée bandante, comme se plaisent à le dire mes amants noirs. C’est vraiment l’éclate pour moi, mon mari, lui, passe sa vie au golf ou à jouer aux échec devant du bon vin et de bons cigares avec des hommes de sa condition, mous du pénis mais très influents et fortunés, il ne me pose jamais de question, je me demande même s’il se doute que j’ai des amants, j’ai la nette impression que de toutes façons, il s’en poque éperdument. Le dernier jeune black qui m’a baisée, c’était mardi a filmé nos ébats, je me dévoile ici, vous allez remarquer comme je suis à l’aise maintenant avec des pénis qui font dix fois la taille de celui de mon mari. Je m’amuse beaucoup et je jouis au-delà de toute espérance, mais si j’ai un conseil à donner aux femmes, méfiez-vous des blacks, une fois que vous y avez goûté, vous ne pouvez plus vous en passer et vous ne voulez que cela !

Je suis devenue une vraie pétasse

Classé dans : Blacks — 10 septembre, 2016 @ 5:07

Depuis mon divorce je ne crois plus en rien, pourtant j’étais persuadée que le grand amour existait, je me suis lourdement trompée. Il y a cinq ans je rencontrais un homme blanc qui allait devenir un an après mon mari, moi je suis black et ses parents m’ont rejetée aussitôt, malgré ma bonne situation professionnelle, j’étais prof des écoles, malgré ma bonne éducations, les préjugés m’ont été fatals. Dès le début mon mec qui est kiné m’aimait comme un fou, en fait il m’aimait autant que je l’aimais, entre nous ce fut une vrai coup de foudre, le genre de coup de foudre qu’on a je suppose une seule fois dans la vie. Contre l’avis de ses parents on s’est mariés, moi je suis une enfant de la DASS et je n’ai donc personne, ces beaux-parents que je n’avais pas choisis n’ont vu en moi qu’une profiteuse, une petite fonctionnaire intéressée. Il n’ont même pas daigné assister à nos noces, un cauchemar pour mon mari, je voulais tout annuler, j’aurais mieux fait mais mon futur époux a catégoriquement refusé. On a vécu trois ans ensemble, mariés sans enfant heureusement puis harcelé par sa mère surtout mon mari s’est éloigné de moi, les choses se sont très vite gâtées et il lui ont mis une belle blonde entre les mains, il n’a pas résisté, notre couple non plus. Depuis lors je mène une vie de débauche, je me suis mise en disponibilité de l’éducation nationale et je baise comme une chienne avec des gens peu fréquentables, comme si je voulais me punir, en ce moment d’ailleurs j’habite chez un mac notoire qui me fait d’ailleurs tapiner pour ses affaires, il m’a payé de beaux gros seins tout neufs, il est pété de tunes, la prostitution et la drogue rapportent énormément. C’est un voyou mais c’est un beau mec bien membré et qui baise comme un Dieu, alors je reste avec lui et on passe beaucoup de temps à se faire du bien, j’ai besoin d’oublier, d’évacuer ma colère, ma haine de cette société qui mélange tout, qui fait des amalgames, qui juge, qui méprise. On organise aussi beaucoup de partouzes avec des gens haut placés, style député, procureurs, commissaires de police, je n’aurais jamais pu imaginer que des personnalités publiques de haut vol trempaient dans ce genre de combines et fréquentaient des bandits. Mais ces gens qui nous gouvernent sont conduits par leurs bites, ils sont tous de gros pervers et pour baiser des jeunes femmes et les humilier ils se corrompent avec un certain milieu malsain. J’espère revenir à la raison et réintégrer mon poste d’enseignante, quand je serai prête !

Je me tape mon prof d’arts plastiques

Classé dans : JEUNES-18-21 — 7 septembre, 2016 @ 4:53

J’ai dix-huit ans et quelques mois et je vines juste d’intégrer la fac d’arts plastiques à Toulouse, je voulais absolument suivre ce cursus contre l’avis de mes parents d’ailleurs car j’ai une envie folle de créer, j’ai beaucoup d’idées que je voudrais mettre en pratique et je sais que j’ai la sensibilité pour réussir dans ce domaine, en tous les cas je vais mettre toutes les chances de mon côté, j’ai d’ailleurs commencé il y a deux jours. En effet, d’emblée j’ai branché un prof dont j’avais entendu dire le matin même que c’était un gros chaud un peu pervers qui aimait les filles le plus jeunes possibles et bien faites. Ma principale particularité, à part d’être brune de chez brune, c’est d’avoir une énorme poitrine, mes seins sont géants et mes aréoles roses démesurées également, tout cela tient bien droit, c’est vraiment ferme, je veux quand même le préciser. Je ne suis pas spécialement salope mais je suis une opportuniste et j’ai pensé qu’en me mettant un prof dans la poche d’entrée, en le tenant par les couilles sans vouloir faire de mauvais jeu de mot, je pourrais avancer plus vite, apprendre plus vite, avoir plus d’informations et surtout des cours particuliers. J’avais aussi appris ce jour là que ce gars était divorcé, sa femme en ayant marre d’être sans cesse cocue. Le deuxième jour de ma « drague intense », il m’invitait déjà chez lui pour soi-disant me montrer des portraits qui pourraient combler ma soif d’apprendre et de savoir. Il n’y avait pas dix minutes que j’étais dans sa splendide demeure que je me déshabillais déjà et que je m’exhibais devant lui afin de le charmer, il n’était surpris de rien et après s’être confortablement installé sur son canapé il me matait en train de me déhancher de façon très sexy, je portais de la belle lingerie rouge-bordeaux et il répétait en boucle : « bien, c’est fameux tout ça ». J’ai fini par tomber mon soutien-gorge et mes gros nichons ont jailli comme une source, lourds, massifs, solides et fermes, son regard a changé et le ton de sa voix aussi, il était comme subjugué, en tout cas il était excité comme un fou. Il m’a jetée sur le canapé, il a enlevé ma culotte puis il a sucé mon bon rose en caressant mes seins, j’ai joui aussitôt car je ne suis pas une habituée de la baise et le prof savait parfaitement où il me touchait, il était en plein dans le mille. Ensuite il s’est mis nue, sa verge bandait, elle était grosse et tendue à bloc, il l’a plongée dans mon vagin et il m’a baisée à me faire hurler. Depuis on se voit tous les soirs, il m’enseigne et il me baise ensuite, c’est le deal !

Je suis une trans amoureuse

Classé dans : TRANSSEXUELLES — 3 septembre, 2016 @ 3:35

Je suis une trans comblée, oui comblée et amoureuse car pour la première fois de ma vie je vis avec un homme qui m’aime et qui ne vient pas me rendre visite à l’insu de sa femme simplement parce qu’il a une envie infernale et soudaine de se taper une trans. Lui, mon homme est différent des autres, il ne veut et ne peut pas baiser avec une femme normale ni avec un homme d’ailleurs, il ne peut faire l’amour qu’avec un trans. On s’est rencontrés chez des amies, il ne savait pas normalement que j’étais ce que je suis car lorsque je suis habillée, personne n’est en mesure de le deviner, lui l’a compris, il l’a su immédiatement, on s’est parlé longuement lors de cette soirée et trois heures après, chez moi, il était en train de sucer ma verge qui bandait à fond, je la trouve un peu grosse mais je n’ai pas le choix, je l’ai sucé aussi ce soir-là et on s’est ensuite sodomisés copieusement. Depuis on ne s’est plus quittés et on a emménagé ensemble depuis six mois. La passion est encore là, dévorante, intacte, belle et bonne, il adore me voir cuisiner en petite tenue avant le dîner et dès qu’il rentre du bureau il fait une apparition dans la cuisine où je m’empresse de prendre son pénis en bouche, j’ai une adoration pour son pénis, il fait la taille que j’aime, il a la forme que je préfère et j’en fait une incroyable gourmandise. En même temps que je le suce, je baisse ma culotte et je commence à bander fort, je me masturbe doucement et mes coups de langues le ravissent, mon gland s’échauffe, des sensations de bien-être chatouillent mon ventre. Ensuite avant de me sodomiser, il lèche également ma verge, mon Dieu que les homme sucent bien, c’est incroyable, j’ai déjà été sucée par une femme, c’est carrément moins bon, je sais cela parait incroyable et pourtant c’est la réalité, les homme sont beaucoup plus gourmands et délicats en matière de fellations. Il me branle doucement jusqu’à ce qu’une goutte de sperme remonte sur le trou de mon gland puis il me retourne sur le plan de travail et il me prend assez vivement, j’aime une légère brutalité, ça m’excite, j’aime que mon homme soit viril, enfin il sort de mon anus et éjacule des trombes de foutre épais sur mes reins et sur mes fesses. En ce moment et pour la première fois de ma vie, c’est vraiment le bonheur pour moi !

Je suis une avocate baiseuse

Classé dans : BOURGEOISES — 2 septembre, 2016 @ 4:57

Je suis avocate au barreau de Toulouse depuis près de dix ans et je me suis faite une bonne réputation d’avocate redoutable mais hélas aussi de bonne baiseuse, c’est vrai que j’ai couché avec pas mal de monde pour arriver et que les mecs ont ce grand tort de trop parler pour se valoriser, de vrais gamins, voilà pourquoi tout le monde sait que j’ai la cuisse facile et les femmes confrères me détestent pratiquement toutes, surtout la procureur général mais je m’en contre fiche. Maintenant je baise plutôt avec mes clients lorsqu’ils me plaisent, eux se taisent au moins et ils sont beaucoup plus marrants que tous ces gens du palais. Hier j’ai fait gagner un procès à un gros négocient et pour fêter cela on a baisé carrément dans la salle d’audience une fois que tout le monde a eu déserté les lieux. Je me doutais que ce gars avait une belle grosse bite et je ne me suis pas trompée, pour cela j’ai le flair, oui j’aime les gros pénis, larges, longs, épais, qui vous défoncent totalement et que vous prenez bien en bouche. D’abord j’ai ouvert la fermeture de son jean et j’ai déballé le morceau que j’ai aussitôt pris en bouche, le gars a bandé dans l’instant, je sentais encore se queue grossir sur ma langue alors que je venais de commencer la fellation, un coup d’enfer ce mec, il ne paie pas de mine pourtant mais il est viril et j’ai eu envie de lui dès qu’il est venu me trouver pour que je le défende. Par contre je ne couche jamais avant l’issue d’un procès, on ne sait jamais, cela pourrait être préjudiciable pour moi. Ensuite il a léché mes gros nichons aux aréoles larges et brunes et aux tétons toujours en érection puis il m’a prise en levrette, j’étais appuyée sur une table et je sentais son engin glisser à merveille dans ma chatte trempée, j’ai rapidement obtenu de gros orgasmes, de ceux qui vous poussent à gémir et à griffer les fesses et le dos des mecs, vous savez quand votre ventre explose et que vos seins gonflent comme des ballons, c’est extra, j’adore ça et je ne le trouve qu’avec des gars bine membrés. Ensuite il m’a retournée et il m’a baisée en levrette, mes cuisses étaient écartées façon grand écart et il donnait de grands coups de reins, sa verge pénétrait complètement mon vagin qui est extrêmement long et le client semblait d’ailleurs étonné. Au bout d’une petite demie heure, il s’est retiré de mon vagin et il s’est branlé, alors j’ai pris son pénis en mains, j’ai fini la branlette afin que la queue éjacule dans ma bouche, j’adore le sperme que j’avale d’ailleurs régulièrement si le mec a été bon !

Mon jeune voisin me baise enfin

Classé dans : MATURES — 27 août, 2016 @ 5:11

On peut dire que je suis une femme mature malgré que je ne fasse pas mon âge, j’ai l’âge que j’ai et d’ailleurs ça commence à m’inquiéter. Heureusement je suis prof de fac et j’ai les moyens de faire tous les soins nécessaires pour entretenir mon corps et mon visage, tous les mois ça me coûte une petite fortune mais croyez bien que c’est efficace. Je ne veux pas encore avoir affaire à la chirurgie, alors mes soins me suffisent pour l’instant. Je ne suis plus mariée depuis longtemps, je reconnais être trop salope pour être fidèle et donc pour garder un homme normal, mon autre particularité c’est que je n’aime que les jeunes entre vingt et vingt-cinq ans, ces pénis vaillants, ces muscles fermes et de première fraîcheur m’excitent au plus haut point, oui j’aime les peaux jeunes et douces, fermes et vigoureuses. J’habite un pavillon très cossu et mes voisins ont un fils qui a maintenant grandi puisqu’il a vingt-trois ans, il fait des études de droits, je déteste le droit, moi j’enseigne l’histoire. Depuis un bout de temps je le mate comme une chienne, je tente de lui faire comprendre que j’ai envie de lui, besoin de sa bite mais c’est comme s’il avait peur de moi et aussi comme si ses études étaient sa seule préoccupation. Pourtant depuis le mois de juillet je bronze nue dans mon jardin mais sous les fenêtres de sa chambre, à l’abri des regards de ses parents qui me prendraient sinon pour une pute. J’ai bien vu quelques fois les rideaux bouger, signe qu’il me matait ou peut-être même qu’il se branlait en faisant le voyeur mais sans résultat jusqu’à la semaine dernière où ses parents sont partis une semaine en vacances. J’ai repris plus que jamais mes séances de bronzage et cette fois-ci il est sorti à la fenêtre en me demandant si j’avais envie de baiser, surprise je lui ai répondu « peut-être », il a rétorqué qu’il passerait chez moi dans la soirée. Avant de dîner j’ai pris un bain et je me suis masturbée en fantasmant sur ce jeune voisin intrigant. J’étais encore dans mon bain lorsque j’ai entendu sa voix me dire « je t’attends sur le lit, prends ton temps », je n’en revenais pas. Je suis alors sortie de mon bain, je me suis épongée et je suis allée le retrouver dans ma chambre où il était installé nu sur le lit la bite en l’air, mais une belle bite, longue, épaisse, il bandait comme un taureau. Je me suis allongée à côté de lui et sans un mot j’ai commencé à sucer cet engin qui me remplissait bien la bouche, je mouillais comme une garce, j’étais en transe. Ensuite je suis montée sur lui, la glisse était parfaite, son gros pénis était en tous points adapté à mon large vagin, mes orgasmes fusaient, mes seins remuaient dans tous les sens, il les caressait de temps en temps en me tapant sur les fesses. On a baisé plus d’une demie heure sans qu’il éjacule, chose rare chez un jeune, j’ai compris par la suite que c’était un bon coup, qu’il avait l’habitude de baiser mais qu’il cachait tout cela à ses parents. Il a enfin éjaculé dans ma bouche, j’ai tout avalé jusqu’à la dernière goutte, c’était si bon. On a dîné puis on a baisé de nouveau une bonne partie de la nuit !

Je suis une petite blonde cochonne

Classé dans : JEUNES-18-21 — 23 août, 2016 @ 5:05

Je suis une petite blonde de vingt ans, je dis petite car je mesure un mètre cinquante cinq ce qui ne fait pas très haut, par contre ça ne m’empêche pas d’être chaude comme la braise et d’être une vraie salope, je le reconnais ce qui n’est déjà pas si mal. Je choisis pour mes ébats des mecs toujours plus âgés que moi et de préférence mariés, oui je vous l’ai dit je suis une garce, j’ai horreur qu’un mec me colle, on n’a pas tous ces problèmes avec un type qui a une femme et des gosses, on baise quand j’en ai envie et c’est tout. J’ai décodé de bien profité de la vie, je suis étudiante et je sais que dans une dizaine d’années je serai comme toutes les femmes de cet âge probablement mariée et enfantée, aussi je ne veux pas laisser passer les meilleures années que j’ai devant moi. En ce moment je vois un gars qui travaille aux impôts, il est contrôleur je crois et il vient d’avoir une fille avec sa femme qui depuis la naissance de la gosse ne veut plus baiser et même plus le sucer, le gars bande comme un taureau, il a des besoins énormes comme tous les mecs qui ont la petite quarantaine et il baise comme un fou, il se défoule sur ma chatte et me fait passer d’excellents moment, moi je lui taille les pipes que sa femme lui refuse et il est accro à ma bouche et à mon cul, je fais de lui ce que je veux, il me lèche beaucoup aussi, j’adore qu’on me lèche la chatte, mon clitoris est très sensible et j’aime avoir un ou deux orgasmes pendant les préliminaires, avant les pénétrations, mon pubis est tatoué, les garçons s’en étonnent d’abord, ensuite ça leur plait bien, mon ventre est plat, mes seins pas trop gros et mes fesses sont fermes et appellent à la levrette, ma taille est fine, bref sans me vanter, je peux dire que je me tape les mecs que je veux sans forcer. Lui je l’ai rencontré dans une sorte de cafétéria qui est à côté de la fac et de l’hôtel des impôts, on s’est matés et deux jours après je baissais son pantalon et je découvrais sa belle verge large et longue, raide et oblique avec un gland rose magnifique, à choisir, je préfère quand même un pénis un peu fort, sans parler bien entendu d’une bite de cheval comme les blacks ce qui me dégoûte par contre. Enfin on baise au moins trois fois par semaine et pour le moment il me suffit, quand j’en aurai marre de lui, je le jetterai comme les autres dont je me suis lassée !

12345...208
 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus